PARCOURS DIDACTIQUE:LA FICELLE ,GUY DE MAUPASSANT

PARCOURS DIDACTIQUE
LA FICELLE
GUY DE MAUPASSANT

MOHAMMED RAJ
Professeur de Français, lycée Errazi, Settat



Nous proposons d’aborder cette nouvelle à partir de deux notions de base ; à savoir celle d’ « histoire » et celle de « narration ». Cette distinction fondamentale nous permet de montrer que par le terme histoire -fiction selon Lintvelt- on désigne les événements, le contenu à raconter ; et par le mot narration on revoie à la manière avec laquelle l’instance narrante raconte ces événements au lecteur. De là, on peut déduire que le texte narratif est un espace scriptural dichotomisé, puisqu’on y trouve une matière (histoire) et une manière de traiter cette matière (narration).
Ce genre de précision nous conduit donc à tirer les remarques suivantes :
Au niveau de la narration, l’instance qui prend en charge le récit peut procéder à:
- changer l’ordre chronologique des événements (anachronies) ;
- garder le silence sur un événement (ellipse) ;
- Résumer un événement (sommaire) ;
- présenter un événement au moment de son déroulement. (la scène).
Ces quatre rapports revêtent une importance capitale, puisqu’ils témoignent des niveaux d’intervention de l’instance narrante dans la diègèse. Le lecteur, en tant que destinataire virtuel, devrait être sensible à toutes ces tentatives de diégétisation de la matière narrative, non seulement pour saisir la portée de l’histoire racontée ; mais surtout pour être capable de déterminer le fonctionnement du récit en tant que discours ayant une structure et une logique intrinsèques.
Pourquoi donc l’examen de ces rapports ?

Nous pensons que ces «quatre « techniques » fonctionnent d’une manière pertinente dans l’œuvre et que leur mise en évidence nous permettrait d’interroger les éléments narratologiques qui sous-tendent l’écriture de la nouvelle. Ainsi, tenant compte de cette remarque le parcours que nous suggérons s’articulera sur deux axes